LE FIGARO.fr

 

 

            

  • Home         CULTURE         Cinéma            
  •     
    • Par
    •            
    • Publié                                     le 07/03/2014 à 17:35            
    •         

        

Eva Green, perle de ce péplum, dans son rôle très ajusté de cheftaine de guerre vengeresse.

Eva Green, perle de ce péplum, dans son rôle très ajusté de cheftaine de guerre vengeresse.                                                    Crédits photo : Courtesy of Warner Bros. Picture

Le nouveau péplum de Noam Murro, sorti mercredi en avant-première mondiale en France, se défend bien. Situé dans la veine de son prédécesseur, il attire 171.431 spectateurs répartis dans 454 salles.


 
                                       

Sorti ce mercredi dans les salles françaises, 300, la Naissance d'un empire, - réalisé par Noam Murro, produit et scénarisé par Zack Snyder - effectue un bon démarrage au box-office français. À la première séance, 1697 spectateurs étaient déjà au rendez-vous dans les cinémas de la capitale. Le premier jour à Paris, 4249 billets ont été vendus. En fin de semaine, on compte quelques 171.431 spectateurs répartis dans 454 salles. Il y a toujours des mauvaises langues pour comparer. Le premier péplum du même nom avait fait mieux, il y a huit ans. D'emblée, 300 avait séduit: le premier jour, 4423 Parisiens s'étaient pressés dans les salles et on comptait sur la France entière 198.000 entrées.

C'était prévisible. Le succès du premier 300 devait beaucoup à l'effet de surprise. On ne connaissait pas encore la touche spécifique de Zack Snyder, sa capacité à filmer la violence et le sang. On découvrait aussi son obsession des ralentis et sa consommation de couleurs saturées. On ignorait son attachement à bâtir son péplum non pas seulement sur l'intrigue, mais aussi sur la précision de l'image, sur son graphisme léché, jouant la fidélité absolue au roman graphique de Frank Miller à l'origine de tout le projet.

La présence détonante d'Eva Green

Le cinéaste d'origine israélienne Noam Murro assure avec fermeté la réalisation de cette nouvelle plongée dans l'Antiquité. Auteur d'un seul film Smart People, mais doté d'une solide réputation dans l'univers de la publicité, il aura suffi d'une rencontre avec Zack Snyder, alors débordé par le tournage de Man of Steel, pour que le sort en soit jeté. Murro s'empare de la réalisation du film et perpétue scrupuleusement le style «Snyderien».

300, la Naissance d'un empire n'a ainsi pas surpris ses spectateurs. Mais il a d'autres atouts, comme la présence détonante d'une Eva Green volontaire au milieu de tous ces M. Muscles: elle y joue Artémise, bras droit de Xerxès et chef de son armée. La Naissance d'un empire vient aujourd'hui rivaliser avec un aîné qui avait engrangé 450 millions de dollars au box-office mondial, c'était imbattable. Le cousin de 300 devait s'attendre à ne pas susciter le même enthousiasme. Malgré un accueil plus que mitigé de la part de la presse, les 171.431 entrées lui assure d'ores et déjà un bel élan qui présage d'une carrière fructueuse au box-office.